Colette Dahan, celle qui écoute et qui écrit

 

Sans elle, il n’y aurait pas de voyage. Elle dit « je veux aller là » et nous y allons. Sans elle, il n’y aurait pas de livre. Chaque jour, elle interroge, elle questionne, insiste, redemande quand elle ne comprend pas et note tout sur des petits carnets. Chaque soir, elle passe deux heures sur son ordinateur pour écrire tout ce qu’elle a appris dans la journée. Au retour en France, c’est encore elle qui complète les informations, lit les livres et les études anciennes qui permettent de comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans tous ces pays. Elle a écrit nos deux livres et toutes les lettres de voyage.

Emmanuel Mingasson, chauffeur et photographe

 

Sans lui, il n’y aurait pas de voyage. Quand nous avons décidé d’aller là, c’est lui qui étudie le climat, les itinéraires et les cartes parce que le GPS, il ne sait pas ce que c’est. Sans lui, il n’y aurait pas de photo. Il essaie d’être discret, ne demande jamais aux personnes de prendre la pose ou de refaire un geste. Mais si la lumière va être belle, on attend. Pendant que Colette écrit, il classe, note, indexe chaque photo, et ça aussi ça peut prendre quelques heures chaque soir. Au retour en France, il est retourné travailler… en attendant le prochain voyage.